Abdelfettah Lamari
1
All posts from Abdelfettah Lamari
Abdelfettah Lamari in Abdelfettah Lamari,

Les licenciements vont rapporter 25 millions par an

Le nouveau programme de réduction des coûts de Straumann pèsera 18 à 20 millions dans les comptes du 1er semestre 2013 du fabricant bâlois d'implants dentaires.

Straumann, (STMN121.9 -1.14%) qui se traduira par la suppression de 200 emplois, va rapporter au groupe environ 25 millions de francs chaque année. Sa mise en place pèsera toutefois 18 à 20 millions dans les comptes du 1er semestre 2013 du fabricant bâlois d'implants dentaires.

La suppression des 110 emplois au siège de Bâle, annoncée lundi, devrait se faire relativement rapidement, a déclaré mardi Marco Gadola, CEO du groupe lors d'une conférence téléphonique. Les postes touchés concernent avant tout l'administration. Il y aura certainement des licenciements mais leur nombre n'est pas encore défini. Le site de production de Villeret, dans le Jura bernois, n'est pas touché.

Marco Gadola a expliqué que la nouvelle suppression d'emplois était nécessaire car celle de l'automne dernier n'avait permis que de faibles réductions des coûts. Il avait indiqué à ce moment-là qu'il allait biffer 150 emplois, dont 50 à Bâle.

Ces deux réorganisations successives permettront de réduire les coûts de 36 à 37 millions de francs par an. A fin 2013, le nombre de collaborateurs de Straumann au niveau mondial se montera à 2230. Actuellement le groupe emploie encore 2434 personnes, soit 140 de moins qu'à la fin du 3e trimestre 2012.

Action à la baisse

Le patron de Straumann a reconnu lors de la conférence téléphonique que l'environnement économique et la confiance des consommateurs ne se sont pas améliorés sur les marchés européen et asiatique, contrairement aux marchés émergents. Le milieu de gamme, qui inclut les activités croissantes de Neodent, sera renforcé, tout comme la franchise CAD/CAM.

L'action Straumann est passée dans le rouge mardi, après avoir débuté en hausse. Les résultats du fabricant d'implants dentaires, annoncés la veille, pouvaient être interprétés de façon diamétralement opposée. D'une part le chiffre d'affaires, en deçà des attentes des analystes, laisse penser que le rebond attendu continue de se faire attendre. D'autre part, la suppression de 200 places de travail est perçue comme une réponse à cette tendance.

En fin de matinée, la nominative Straumann perdait 2,03% à 120,80 francs, dans un SPI en hausse de 0,21%.